Appel des consciences laïques et humanistes
    3 nov. 2015 Par Les invités de Mediapart Édition : Les invités de Mediapart
 


A quatre semaines de la COP 21, en France, les principales obédiences maçonniques demandent « aux parties prenantes de se concerter pour améliorer la gouvernance mondiale et régionale sur toutes les questions qui concernent la préservation de la planète, tant sur l’eau, l’air, le sol et l’espace, compte tenu de la responsabilité de la communauté internationale envers les générations futures ».

« En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d’en faire autant » Nelson Mandela

Du 30 novembre au 11 décembre 2015, la France accueillera à Paris la 21ème conférence des Nations Unies sur le changement climatique. Cette conférence qui réunira 195 pays a pour objectif la conclusion d’un accord universel de réduction des émissions de gaz à effet de serre afin de limiter le réchauffement de la planète à 2° avant la fin du siècle.

L’exploitation systématique des ressources naturelles et des matières premières, l’urbanisation sauvage des métropoles, l’artificialisation des sols, les déforestations massives, la surexploitation de la pêche dans les océans, l’acidification des eaux marines et de la surface, le tarissement des grands aquifères et des nappes phréatiques… ont des effets dévastateurs sur les écosystèmes et la biodiversité.

Les pollutions de toute nature qui dégradent et imprègnent nos environnements, font peser de graves menaces sur les conditions de vie voire de survie et la santé de milliards d’individus.

L’accaparement des terres agricoles par les grands propriétaires fonciers et les fonds souverains qui chassent les paysans ancestraux, l’industrialisation de l’agriculture et de l’élevage, l’augmentation des catastrophes naturelles aggravent les inégalités dans le monde, accroissent l’insécurité alimentaire et menace la paix.

Personne ne peut rester indifférent face à ces évolutions. Les citoyens et plus largement les sociétés civiles ne peuvent plus se contenter d’attendre que les Etats s’entendent et prennent enfin les décisions conformes à l’intérêt général. La prise de conscience de la gravité de la situation, en matière de changement climatique est, en premier lieu, l’affaire de chacun.

A la veille des négociations sur le climat à Paris, les obédiences maçonniques en appellent solennellement à :

– Mettre l’humain au cœur des décisions en le dotant de la capacité à participer aux choix qui le concerne et d’avoir prise sur son existence ;

– Repenser le rapport de l’homme et de la nature dont il fait partie, en veillant à l’équilibre et à l’harmonie entre ses activités et le respect du monde animal et végétal, des écosystèmes, de la biosphère et de la biodiversité. Les villes de demain qui accueilleront la majorité des populations humaines doivent devenir des lieux de cette articulation entre nature et activités humaines ;

– Lutter contre les inégalités et la pauvreté dans le monde par une redistribution plus juste des richesses ;

– Demander à ce que les Etats anticipent, préviennent et remédient aux conséquences négatives des changements climatiques sur la jouissance effective des droits fondamentaux des humains et notamment par les groupes les plus vulnérables ;

– Affirmer que le bien être individuel et collectif ne se réduit pas à la production et à la consommation. D’autres indicateurs doivent compléter le PIB pour l’évaluation des politiques publiques, prenant en compte la qualité environnementale et la qualité de la vie humaine ;

– Faire progresser la justice climatique en déclarant de nouveaux droits universels sur le plan environnemental, notamment le principe de précaution et le droit à réparation dans le cas de catastrophe affectant l’environnement et en mettant en place une justice internationale efficace chargée de leur application ;

– Bâtir un accord en matière de solidarité internationale entre pays du Nord et pays du Sud, reposant sur une compréhension commune du développement durable et solidaire, seule capable d’aboutir à l’amélioration des conditions de vie des populations afin de leur permettre de maîtriser librement leur existence ;

– Investir immédiatement et résolument dans les énergies durables afin de réduire à terme significativement l’exploitation des énergies fossiles ;

– Apporter les moyens financiers nécessaires à la mise en œuvre des décisions.

Au delà du terme de la conférence de Paris, les Obédiences maçonniques demandent aux parties prenantes de se concerter pour améliorer la gouvernance mondiale et régionale sur toutes les questions qui concernent la préservation de la planète, tant sur l’eau, l’air, le sol et l’espace, compte tenu de la responsabilité de la communauté internationale envers les générations futures.

Les signataires :
Grand Orient de France (GODF)
Fédération Française du Droit Humain
Grande Loge Féminine de France
Grande Loge des Cultures et Spiritualité
Grande Loge Mixte Universelle
Grande Loge Mixte de France
Grande Loge Mixte de Menphis Misraïm